visitergrandecanarie.com
Grande Canarie actuelle

16:21
 Nos offres
 Sur l’île
 Activités
 Infos utiles
 Savoir plus

Artisans de Grande Canarie (Gran Canaria)

Sports
costumes typiques  Grande Canarie
Musique
Artisans



Des métiers traditionnels d’Artisans

  • Albardería = Sellerie
  • Alfarería Tradicional = Poterie traditionnelle
  • Bordados = Broderies
  • Calados = Ajourées
  • Cantería = Taille de pierre
  • Cestería de Caña = Vannerie de roseau
  • Cestería de Mimbre = Vannerie d’osier
  • Cestería de Pírgano = Vannerie de feuille de palme
  • Constructor de Instrumentos Musicales = Constructeur d’instruments musicaux
  • Cuchilleria = Coutellerie
  • Hilados = Filature
  • Hojalatería = Ferblanterie
  • Jaulas = Cage
  • Productor de Objetos de Junco = Producteur d’objets de jonc
  • Productor de Objetos de Palma = Producteur d’objets de palme
  • Sombrerería = Chapellerie
  • Tejidos = Tissages
  • Zurrones = Gibecière

Albardería = Sellerie

ImageIl consiste dans la réalisation de bâts de divers types : de bât de charge, de bât de la monte et de bât de monte moyenne destinée aux animaux qui se consacraient au transport de marchandises et des personnes, en évitant d'abîmer à la bête pendant la réalisation des travaux durs cité antérieurement
Le sellier produisait aussi d’harnais, d’harnois et des chaises de monter les outils qu'ils utilisaient, étaient des couteaux, des scies, des ciseaux, de râpe, de pince, de ciseau à bois et  d’herminette), de perforation (des bâtons) ceux de couture (d’aiguilles, de peigne), de percussion (de maillet, de marteau, de pierre de ravin, de fourche) et de mesure (le compas, le mètre).
Les matériels avec lesquels les bâts sont confectionnés : des textiles (un fil d'agave, ou le fil le plus récent de bobine; de jargon, d’étoffe de lin, de tissu de sac, de toile à voile, de mousseline, de peau de mouton de brebis ou de veau); de farce (des feuilles de blé et de paille de seigle); et structuraux comme bois pour élaborer les faces (peuplier, oranger, olivier, eucalyptus, figuier blanc).

 

Alfarería Tradicional = Poterie traditionnelle

Il l'appelle faïence, et on appelle les productrices “loceras”, Il y a toujours de la production dans l'Île, comme dans Artenara, Gáldar et Santa Brígida en élaborant d'une forme traditionnelle.
Les grottes sont l'endroit idoine pour la production de ces pièces, emmagasiner l'argile et les pièces réalisés ont l'habitude de disposer d'un four.
ImageLes outils utilisés par les “loceras” sont d’éléments naturels, comme les chants ou les pierres de plage et des fragments de tiges; dans d'autres cas matériels qui étaient recyclés, comme un vieux couteau ou des fragments de cercles de barrique.
Il existe un outil avec une signification spéciale, l'affûteuse principal. il s'agit d'une petite pierre, très usée, avec un grand niveau de poli comme conséquence de l'usage, c'est l'idoine pour réaliser le poli final de la pièce.
Les techniques de cuisson appliquées dans les îles de Grande Canarie souligne celle de chaudron, que celui-ci se développe en plein air et il se produit spécifiquement au centre de production de faïence de Lugarejo (Artenara).
La boue utilisée dans Grande Canarie trouve son origine dans des matériels volcaniques, c'est pourquoi la différence avec celles de l'Europe
Une troisième matière première d'importance spécifique est l'almagre, le colorant d'origine minérale dont l'usage s'élève à la période préhistorique de l'Île. En plus de l'eau et du sable de ravin.
La poterie traditionnelle qui produit l'île de Grande Canarie : des tailles, des jarres, d'eau et de bec, des casseroles de vin, des plats, des cruches, des jarres, bassine, (pour pétrir le pain), des plats avec de hauts murs pour (pétrir la motte de gofio).
Aussi : des casseroles, des chaudières, des soupières, des marmites de lait, des grille-pains, pour le maïs et pour le café, “sahumadores”, utilisés pour brûler l'encens avec le charbon; des fourneaux, pour cuisiner le pain, et jusqu'aux cendriers. À part des pièces décoratives : des cruches, des plats de pendre, des vases, et même, des jouets et des figurines décoratives.

Bordados = Broderies

ImageLes broderies sont appliquées aux costumes traditionnels, aux linges de table, aux ornements d'églises, des trousseaux domestiques et à d'autres usages, donnent un témoignage d'une tradition singulière, Pour broder, on a besoin seulement de: un coussinet, un châssis ou le tambour, qui est ce qu'il sert d'une base à la réalisation du travail, de quelques ciseaux, d'un dé, d'un pointeau, d'épingles et d'aiguilles.
Pour le marqué on a besoin: de papier de dessin, de perforateur de papier, de pétrole et des poudres bleues d'estamper.
Les brodeuses ont besoin des matériels suivants : de tissu de lin, de semifil, de coton, de batiste et d'autre série de tissus, en dépendant de la pièce qui va être confectionnée. Les fils de broder, en soie, ou en coton, ils comprennent toute la gamme de couleurs.
Le résultat de ce travail peut être vu dans : des linges de table, des jeux de lit, des serviettes, des tableaux, des mouchoirs, des rideaux et toute autre pièce qui est susceptible d'être bordée.

Les broderies canariennes se classent en trois groupes: Broderie Richelieu, Broderie en relief et pacotille
Les motifs les plus réalisé sont des paisajes et des fleurs.

Calados = Ajourées

L’ajourée consiste à effiler le tissu en obtenant avec cela de divers dessins compliqués sur la trame du même
ImageBeaucoup de produits que ces artesanas élaborent, sont liés par "les vêtements de maison", qui est comme on connaît génériquement à ce vaste trousseau avec lequel ils s'habillent et décorent beaucoup de foyers insulaires.
Les parties décorées des pièces transpercées sont les bords et le centre. Les points qui sont utilisés reçoivent différents noms, certains d'entre ceux-ci sont : coudre et chanter, cercle, fleur en tissu, fleur d'amandier, galette, madrigal et fin.
Quelques pièces que nous pouvons trouver sont : des nappes, des couvre-lits, des draps, des serviettes, des chemins de table, de mouchoirs, des bourses de pain, des rideaux, des tabliers, des blouses ou des vêtements d'habiller du costume traditionnel.
On utilise quelques outils que nous pourrions aussi trouver dans les travaux de couture : de petits ciseaux de pointe fine, de fil pour tendre ( file de bobine), d’aiguilles de caler et un dé. L'élément singulier est le châssis, structure du bois dans lequel le tissu est fixé pour faciliter le travail.
Les matériels qui sont utilisés sont les tissus de lin et les fils de coton. pour réaliser les grandes pièces (des nappes, des plateaux, des chemins, des serviettes), qui ont besoin d'une consistance, on utilise : de coton, de tergal, de batiste.

Cantería = Taille de pierre

LImagea taille de pierre est l'art de cultiver la pierre destinée à être employé dans la construction d'édifices, dans les façades et dans les ornements de sièges.
Nous trouvons actuellement la pierre d'Arucas dans les maisons, dans les cuisines antiques, dans les éviers pour la lessive, les cheminées, le mobilier urbain pour des banques de parcs, pour les socles des réverbères, etc.. Dans les maisons rurales les animaux avaient des piles cultivées dans la pierre pour son eau et nourriture.
Les carrières avaient l'habitude d'être dans des lieux peu accessibles, la majorité dans des ravins et loin des centres urbains.
On a besoin d'un vaste nombre d'ustensiles et d'outils : des cales, des maillets, de marron, des becs, des marteaux, des balais, des pots à fleurs; des compases, d’équerre et de mètre, de scie, d'une précision et d’achevé des ciseaux, des pointeaux, de couteau à découper, de garant, de fil à plomb,des ciseaux à bois.
La matière première dans singulier c'est-à-dire la pierre, qui varie selon la composition géologique de la même.
Les adéquates sont le basalte, la calcaire et la grossière
La technique de ce métier est complexe et très spécifique. On commence avec l'extraction de la pierre, tout de suite on procède au dépeçage de l'oeuvre, suit avec la détermination de la semelle et prend fin avec la taille des pierres de taille.

 

Cestería de Caña = Vannerie de roseau

Le résultat sont des paniers et des corbeilles de différentes tailles et de formes comme les batelets, les “seretos”, les boulangères, et aussi des bourses, des plateaux de vêtements, des nasses, etc..
ImageDes corbeilles : cela a l'habitude d'être d'un fond carré, d'une bouche ronde et une seule anse semi-circulaire, ils se destinaient pour aller à l'achat, pour prendre de fruit ou pour garder d’objets.
Des paniers : d'un fond carré, d’une bouche presque ronde et deux petites anses au bord, il avait l'habitude de s'utiliser dans des travaux agricoles.
Des batelets : d'une forme camuse et allongée, avec une seule anse qui va d'une extrémité à l'autre de la pièce. Utilisée pour vendre des fruits, des fleurs ou de poisson.
Des boîtes en tige: ce sont des boîtes avec couvercle, faites entièrement en tige. Selon sa taille, les grands on utilisait pour garder des vêtements propres, et les petits s'utilisaient comme des boîtes à couture.
Des grandes paniers : des grands paniers de base carrés pour des travaux agricoles.
La technique est peu sophistiquée, comme les ustensiles qui sont peu complexes. Les outils nécessaires sont : des cales et d’aiguilles en bois, de couteau de point courbe, de couteau, des ciseaux de tailler, de maillet, de table de piler.
La matière première est la tige, combinée avec d'autres matériels comme osier ou bâton, selon la forme et l'usage de la corbeille.

 Cestería de Mimbre = Vannerie d’osier

ImageL'utilisation de l'osier dans Grande Canarie est dans la production d'objets destinés au transport et au magasinage, dans l'enceinte agricole et domestique.
Les produits sont très variés : de batelet, de panier de boulangère ou de corbeille de grande anse, des bourses, des corbeilles, des couffins, des plateaux de vêtements, est aussi commune doublé d'une bouteille et des grandes carafes. La production était élaborée pendant les mois d'activité plus petite agricole et ils étaient vendus pendant toute l'année.
On a besoin de l'usage d'une série d'ustensiles comme ce sont : le couteau de pointe courbe, de faucille et des couteaux pour couper; des maillets en bois, de riveur ou de table de piler, de toupie de s'ouvrir, d’aiguilles en bois ou en dagues de différents gros.
L'osier est la matière première principale, la fibre de très haute qualité et de durabilité. Dans quelques occasions l'osier se mêle à d'autres fibres végétales secondaires (de tige), et ils peuvent fonctionner d'un renfort, et de décoration.

Cestería de Pírgano = Vannerie de feuille de palme

Les produits résultants sont objets pour le travail quotidien ou pour usage dans le logement : des paniers. des corbeilles, d’ombrelles, des grandes paniers pour paille et fumier, etc.. et en utilisant les diverses parties de feuille de palmier, le vannier peut aussi élaborer des balais ou des “empleitas”.
Ce travail se caractérise, entre d'autres choses, par la peu de complexité d’ustensiles qu’on a besoin pour réaliser le travail.
D’ustensiles de couper comme : la faucille, les couteaux (pour ouvrir la feuille de palme, pour casser et faire les courroies).
D’ustensiles de s'ouvrir comme : les aiguilles en bois ou en cales (pour séparer les bâtons et pour mettre les pointes)
D’ustensiles pour tirer comme : les maillets et les marteaux.
Les matériels uniques dont ces artisans avaient besoin sont la tige et la feuille de palme, de cela on utilise les trois parties dont il se compose : d’éclats, ”farisca” et de côte.
La feuille de palme employé par les artisans provient du palmier canarien une espèce endémique d’îles canaries. D'habitude les vanniers de feuille de palme sont aussi des balais en fait, utilisent la feuille de palme pour faire les corbeilles, et le palmier pour la réalisation des balais.

Constructor de Instrumentos Musicales = Constructeur d’instruments musicaux

ImageIl consiste dans la réalisation de ce travail artisanal comme ce sont : le timple, la guitare, la mandoline espagnole et le luth.
De plus, ils réalisent d'autres instruments par requête comme : le violon, la mandoline, ou des pièces plus spécifiques comme l'ukulélé ou la petite guitare
Les outils utilisés par les constructeurs d'instruments musicaux de corde sont similaires à celle des charpentiers, des lames, des fraiseuses, des brosses, des scies, des ciseaux à bois, des perceuses, des gouges, des limes, des papiers de verre, des ponceuses et des semelles.
La matière première basique est le bois. Même il fait très peu le bois étaient coupées et préparées par le propre artisan, et celles qui étaient plus utilisées étaient celles de l’oranger, du châtaignier, du noyer, du cyprès et du mûrier.
Bien qu'ils emploient dernièrement de l’ébène, de l'acajou, sang de demoiselle, du noyer américain, de “samanguila”, de “pinsapo” et de ”pinoabeto”, grâce à l’importation.

Cuchillería = Coutellerie

C'est un métier d'artisan qui consiste en forge d'instruments avec un seul fil coupant, complétée avec la préparation du bout ou de la poignée bien que les forgerons réalisent la préparation de la feuille
ImageCe couteau est connu par le terme de “naife”, caractérisé pour posséder une manche ou un bout d'anneaux d'os décorés avec métal, dans la poignée on utilise les techniques de “taracea” qui consiste dans embutir entre le bois, des petites pièces d'ivoire, de coquille, de nacre et d'os, qui acquièrent des formes géométriques et des contrastes voyants chromatiques. En ce qui concerne les modèles décoratifs nous pouvons distinguer : la croisade, la droite, le damier, le tibia, l’oeil de coq, la râpure de l’incrustation, la râpure, l’épie, les croisements, les fleurs, le carré, le croisé par des lignes, le zigzag, etc.. En réalisant d’objets de grand valeur comme des couteaux décoratifs, de coupe-papier, des couteaux bijou, des boucles d'oreille, etc..
Les outils nécessaires pour l'élaboration de la feuille du couteau sont : “yunque”, “fragua”,etc..
Pour la réalisation du bout : des limes, des polissoirs, des marteaux, des scies, d’aiguiseurs, des râpes, de tour de table, des pinces, des ciseaux coupe - fer - blanche, des perceuses, d’arc de scie, de compas et d'un laminoir.
Les matériels qui s'utilisent en général : d’or, d’argent, d’alpaga (d’alliage en argent, de zinc et de nickel), de laiton (d’alliage en cuivre et en zinc), de cuivre, d’aluminium, d’ivoire, d’ambre, de pâte de bonne qualité, de plastique, d’ébène, d’os, de corne de vache, de mâle caprin et de veau (noir, blanc ou crème et blond ou jaunâtre.

ImageHilados = Filature

C'est une activité associée à l'activité du pâturage donné la fourniture directe en laine de brebis, et plusieurs des fileuses appartiennent à des familles de bergers.
La production s'oriente vers la production de vêtements d'habiller et des bourses de pendre. Et pour tisser des pièces de différents costumes traditionnels.
Les outils fondamentaux sont : la quenouille, le fuseau, les cardes et le dévidoir. il est travaillé par laine de brebis, la plus utilisée traditionnellement, aussi on filait des fibres végétales comme le lin et le coton.

Hojalatería = Ferblanterie

En Canaries ce métier est connu comme “latonería”, puisque la matière première principale est le laiton, un métier avec un grand enracinement en Canaries
ImageLes ustensiles utilisés par les dinandiers sont : des ciseaux coupe - fer – blanche, de pointeau de pointe a percé manuel, de marteau, de maillet en bois, d’enclume plate, d’enclume carrelle, de pince, de soudeur, de réchaud, de pierre monear, de compas, d’équarrit, de règle, etc.. des semelles, de queue de canard, de machine tourneuse, de machine qui plie, de massue de plomb et de tube en fer.
Les matériels qui s’utilisent sont : le fer-blanc et la plaque galvanisée, l’étain acide chlorhydrique pour souder, le verre fils de fer, la pierre de sel, le pétrole, le gaz et le tissu d'étoffe. Certains des produits élaborés sont : des pots à lait, d’arrosoirs, des lanternes, des burettes d'huile, des cubes, d’ustensiles pour le gofio, des pelles, des férules, de lampe à huile, etc.. d’arrosoirs, Ou : des pelles de commerçants, d’entonnoirs, des verres de mesures standard
La pièce la plus représentative de cette activité est la lanterne.

Jaula = Cage

ImageSa production se concentre sur les cages de différents modèles. La morphologie des cages dépend du type d'oiseau qu'on va héberger dans elle. Par exemple, il y a des cages pour : d’oiseaux canariens, des calandres, des chaperons, des peints.
Leur matériels employés dépendent de la nature du cage, peuvent être du tige essentielle dont le tige est décède d'un ravin ou de bois et de fil de fer de différent type comme :  d’acajou, d’ébène rouge, de “vitícola”, de pin, de pinsapo, de samanguila ou de torche, entre d’autres.
Les ustensiles usés sont variés: d’outils de perforation, de coupure, de mesure et de percussion. Pour des cages en bois, la perceuse, l'ingletadora, la scie et la râpe.

 

Productor de Objetos de Junco = Producteur d’objets de jonc

Ça consiste en élaboration d'objets avec jonc comme par exemple :
Les produits les plus connus sont : les tambours pour des brunes, les “taños”,les “balayos”: pour éventer le grain après le rebattu, les boîtes à couture, de Imageprotection de grandes carafes, les pots de fleurs et les “sarandas”. Ce matériel a eu d’usages traditionnels comme: pour le paquet de la vigne, pour la tricherie de couvertures de paillers, pour attacher des sacs ou le séché de fromages.
Ils utilisent les outils suivants : d’aiguilles, des couteaux, des marteaux et des maillets, entre d'autres choses.
On utilise des plantes comme le jonc, la massette, et la feuille de palmier et ils sont élaborés des tresses ou des cordes fines pour amarrer le tissu, mais des fils en cuivre s'emploient aussi.
En Canaries, la variété de jonc les plus communs sont :
Le jonc marin ou mérinos : des feuilles pointues.
Le jonc de vache : on utilise comme fibre végétale pour attacher principalement. “Paragüitas” : une plante “asilvestrada”, c’est une plante sauvage

 

Productor de Objetos de Palma = Producteur d’objets de palme

Il consiste dans la réalisation de différents objets avec feuilles de palmier en les tressant entre si, comme par exemple :
ImageLes nattes de différentes tailles, qui sont utilisées des tapis, de cercles pour le fromage, des bourses, des “serones” (des sacs pour garder le grain), des “tomisas” (des cordes pour amarrer), et des chapeaux.
Les mains sont l'outil principal utilisé dans cette activité. Ee plus d'autres outils s'emploient comme : de massue ou des pierres, de couteau, d’aiguilles pour coudre des “empleitas”, des ciseaux et de pointeau
On utilise des feuilles de palmier, vertes et blanches (on part du coeur central du palmier).
La tresse est un entrecroisement diagonal de trois ou plus de feuilles qui vont dans deux directions. Les résultats peuvent être différents :
un tissu vulométrique (des tresses)
un tissé tubulaire (corpones)
un tissé plat (empleitas)

 

Sombrerería = Chapellerie

CImageomme le mot indien est la réalisation de chapeaux. Des chapeaux, de modèles distincts, pour des hommes, des femmes et des enfants. De différentes tailles, terminés et quelques détails, actuellement, on peut encore contempler, dans les aires rurales, quelques hommes d'âge avancé touchés avec le traditionnel “cachorro canario”, c’est le chapeaux typique de canaries.
Aussi des chapeaux pour d’uniformes : des casquettes militaires, les casquettes pour la police municipale. D'autre type de chapeaux étaient les religieux ou les bérets.
Le chapelier a besoin d'une grande variété d'outils, d'outils de coupure, d’outils de couture, d’outils de mesure, d’outils de modelé, d’outils de perforation, de retouché et de fixation.
Les matières premières utilisées par les chapeliers pour l'élaboration de ses produits sont très variées.
En Grande Canarie les matériels indispensables pouvaient être de lapin, de chèvre et de chameau; de feutre ou de peau synthétique, de gomme arabe, de queue de poisson, de résine d'amandier, de cuir, des teintures, de soie, de tissu de fil, d‘essence blanche, d’eau et de fil de cordon.

 

Tejidos = Tissages

Il consiste dans la réalisation de métiers à tisser horizontaux à main. De ce travail laborieux ils sont obtenus : des toiles en laine et des toiles de chiffonnières, avec lesquelles ils sont réalisés : des couvertures, des ceintures et des tissus pour des costumes traditionnels.
ImageD'autres pièces antiques tissées dans l'île sont : des couvre-lits (de laine, de coton, et de lin), des nappes (de lin et de coton), des serviettes (de lin, de coton), des capotes (de laine de brebis et de chameau), des jupes (de laine et de lin), des ceintures (de coton, de laine et de fil) et les couvertures (de laine).
En plus du métier à tisser manuel horizontal, (tadicional canarien) ou des métiers à tisser similaires, il a besoin d'autres ustensiles : de dévidoir, d’aile, des cannetilles, des navettes, d’ourdisseuse etc..
Les matières premières utilisées d'origine végétale comme le lin et le coton et l'origine animale comme la laine de brebis, la soie et la laine de chameau. La laine de brebis est la plus employées, pour la confection des couvertures et des vestons.

Nous pouvons aussi trouver des tissus de défait coupées dans des bandes, pour former les pelotes, avec lesquelles sont faits des tissus de grand coloris appelés des chiffonnières. En utilisant des produits naturels pour teñir les vêtements.
Tout le processus peut être synthétisé dans les phases suivantes :
Dévidé des écheveaux
Le remplissage des “cañuelas” et le commencement des travaux de tissu.

Zurrones = Gibecière

Le métier de “zurronero” a eu, traditionnellement, un lien étroit avec le monde du pâturage.
La gibecière, la pièce dont ce métier reçoit le nom, peut être décrite comme petit container fait dans peau de chevreau.
Sa fonction principale consiste en servir à pétrir le gofio, ou comme petite bourse à Imagegarder un outil pendant les déplacements des bergers. Il y a une constance de gibecières de grandes têtes de bétail pour aller à la mer chercher du sel, coquillage ou poisson, celui-ci servait à maintenir les aliments plus frais.
Le système principal de fermeture de la gibecière, c'est l'amuse-gueule, chargé de couvrir l'orifice existant dans la zone du cou. Cette fermeture est le même dans la gibecière et dans le “botijero” ou le caissier.
Le batijero est un objet de grande taille qui emporte pendu aux épaules comme sac à dos, est fait par des peaux d'animaux adultes. On utilise pour transporter la nourriture et d'autres éléments basiques
Il est nécessaire seulement pour les réaliser : un couteau, une alêne, un récipient profond, une truelle en bois et un bâton.
Le matériel utilisé est peau de chevreau de moins d'un an. De plus on a besoin de : sel,  sérum et  encens mauresque.

En plus de ces métiers artisanaux de l'île, elles réalisent la menuiserie traditionnelle, l'ébénisterie, la taille de pierre et du bois, la forgeage et la forge en fers et des costumes traditionnels.


Contact - Site Map - © visitergrandecanarie.com 2009